.

Le GR 30, le magnifique tour des lacs d'Auvergne

Tout d’abord, précisons un peu les choses. Contrairement à ce qui est mentionné sur le site wikipedia.org, le sentier de grande randonnée GR 30 ne traverse pas l’Auvergne du nord au sud, et ne passe pas au Puy de Dôme.

Boucle d’environ 200 kilomètres, le GR 30 relie entre eux une douzaine de lacs d’Auvergne d’origine glaciaire (lac de Guéry) ou volcanique (lac Pavin, lac de la Cassière...) et traverse trois régions volcaniques, les Monts Dore, la chaîne des Puys, le Cézallieret un plateau granitique, l'Artense.

Créé dans les années 70, le GR 30 est situé intégralement au cœur du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne. Pour faire court, il s’agit d’une boucle autour du Puy de Sancy, volcan éteint et point culminant du Massif Central (1885 m), à parcourir généralement en 9 à 10 jours. J’ai réalisé ce GR en 8 jours au départ de La Bourboule.

Un itinéraire très varié sur les pentes des volcans, en forêt comme en montagne, à la découverte des estives et des villages agricoles, du patrimoine religieux et des paysages qui ont façonné l’Auvergne.


Quelques chiffres : 200 km, dénivelé 5400 m, altitude maxi 1885 m (Puy de Sancy), le tout en 8 jours, et en solitaire (trop à mon goût).

La faune du Massif du Sancy comprend les mouflons, les chamois, les marmottes, les chevreuils, les loutres et les rapaces. Pour la flore, il s’agit selon les périodes, de pétasites, renoncules aquatiques, cardamines, narcisses, renouées, compagnons rouges, scabieuses, gentianes, pissenlits, potentilles, jonquilles…

Le meilleur pour la fin de cette présentation : les spécialités de la région qui sont la potée auvergnate, truffade, chou farci, pounti (sorte de flanc salé aux pruneaux), saucisses aux lentilles, pavé de Salers au bleu d’Auvergne, tripoux (à base de viande de veau et de mouton), ombles chevaliers, truites de rivière… 

Sans oublier bien sûr les fromages d’Auvergne. Au fait, je suis tombé amoureux du Saint-Nectaire ! C’est le fromage de terroir par excellence, produit au cœur du Massif du Sancy et jusque dans le Cantal. Fabriqué au lait cru, c’est un fromage à la pâte pressée non cuite et à la croûte fleurie. Son goût de noisette lui vient de la qualité et de la variété de l’herbe dont les vaches se nourrissent. Vous le saviez ?

Les hébergements
 L’Etoile du Sancy, M. et Mme Deschateaux, 29 rue Berthelot 63150 La Bourboule, 04 73 65 24 51, 06 18 32 51 65, www.etoiledusancy.com, jean-marc.deschateaux@orange.fr
 Au gîte du Relais, 63210 Orcival, 04 73 65 87 85, 06 22 50 21 86, week-endmotoauvergne.moncontact.com, gitechocq@aliceadsl.fr
 Françoise et Jean-Pierre Golliard, Rouillas-Bas 63970 Aydat, 04 73 79 30 44, www.chambredhote-moulassat.com, contact@chambredhote-moulassat.com
 La Clé des Champs, Annie et François Delpeux, Route de Groire 63790 MUROL, 04 73 88 66 29, 06 77 11 62 06
 Gîte Lapier, Corinne et Manu, Brion 63610 Compains, 04 73 96 32 21, 06 77 31 42 05, www.gite-lapier.com
 Café Restaurant Force, Chantal et Christian, 63850 Egliseneuve d’Entraigues, 04 73 71 94 22, dcaferestaurantforce@sfr.fr – Gîte d’étape "Les Rivaux"
 Hôtel Restaurant Epicerie du Midi, Josette Minet, 63850 Saint-Genès Champespe, 04 73 22 31 43 – Gîte d’étape, Mme LACOUR, 07 87 08 48 76
 Central Hôtel, M. et Mme Goigoux, 63113 Picherande, 04 73 22 30 79

Jour 0
Arrivée à La Bourboule (2025 h, 850 m), station thermale et touristique le long des rives de la Dordogne 
De part le thermalisme social, La Bourboule est la première station pédiatrique de France. A voir : l’église Saint-Joseph, les Grands Thermes, les Thermes de Choussy, les grands hôtels, l’Hôtel de Ville, le Casino Chardon, l’ancienne pâtisserie Rozier, le Parc Fenestre…
Les Grands Thermes
Le Casino Chardon
Les Thermes de Choussy
L’Hôtel de Ville
L’église Saint-Joseph
L’ancienne pâtisserie Rozier (façade Art Déco inscrite aux Monuments Historiques)
La Dordogne prend sa source au pied du Puy de Sancy. Ainsi, les eaux des sources du flanc est du Puy de Sancy, la Dore et celles issues du versant ouest du Puy de Cacadogne, la Dogne, se réunissent pour former une seule rivière : la Dordogne. Les sources de la Dordogne ont été classées en réserve biosphère par l’UNESCO en juillet 2012.
A propos de l’UNESCO, il est à noter la candidature de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne au patrimoine mondial de l’Humanité. L’inscription sera effective, après avis favorable, en juin 2014.

Jour 1
La Bourboule, le Puy Gros (1485 m), lac de Guéry, lac de Servières, Orcival (249 h)
Distance : 23 km, dénivelé + : 900 m
Après avoir quitté la sympathique chambre d'hôtes de M. et Mme Deschateaux, et m'être séparé (provisoirement) de Marie, je rejoins Les Planches. Ça commence par une grimpette de presque 600 m de dénivelé. Sacré mise en jambes ! Quelques brumes sur les hauteurs m’empêchent de profiter pleinement des Monts du Sancy encore enneigés, et des falaises abruptes plongeant sur La Bourboule et Le Mont-Dore. Super accueil et super soirée chez Patricia et Jean-Pierre Chocq, où je fais la connaissance de Sonia (la jeune !) brésilienne et Alain de Paris, et d’autres motards.
Les conditions climatiques ne sont pas favorables !
La Bourboule depuis le Puy Gros (1485 m)
Le lac de Guéry (25 ha, 23 m de profondeur, 1247 m, plus haut lac d’Auvergne)

Chaque année, au mois de mars, le lac de Guéry connaît une effervescence et une pêche unique en France. Près de 400 amateurs de toute la région et même au-delà, viennent pratiquer la pêche au trou en faisant une ouverture de 25 cm de diamètre maximum dans la couche de glace de 40 à 80 cm d’épaisseur. Les principales prises concernent les truites fario et arc-en-ciel, mais on trouve aussi dans le lac du saumon de fontaine, de l’omble chevalier, du brochet, de la perche, de la carpe et de la tanche.

Le lac de Servières
Le Puy de Dôme au loin
La basilique romane Notre-Dame du XIIe siècle d'Orcival

Jour 2
Orcival, lac de la Cassière, Rouillas-Bas
Distance : 23 km, dénivelé + : 650 m
Journée ensoleillée avec, comme moment inoubliable, l’exceptionnel panorama à 360° depuis le Puy de Lassolas et le Puy de la Vache. Encore merci à Jean-Pierre pour cette entorse au GR 30. Ça devrait être obligatoire de grimper là-haut ! En arrivant je passe par Rouillas-Haut, pour ses panneaux indicateurs inspirés des Fables de La Fontaine. Le soir, je rencontre Sylvie et Christian, des neuvillois bien sympathiques, chez Françoise et Jean-Pierre Golliard.
Orcival au petit matin
La chaîne des Puys
Toujours des murs en pierres et des toits en ardoises
Mon copain le lama
Les pentes du Puy de Lassolas 
Le panorama exceptionnel à 360° depuis le Puy de Lassolas
Entre les deux Puys
Le même panorama exceptionnel à 360° depuis le Puy de la Vache

Au 1er plan, la chaîne des Puys
Dans le paysage, n’apparaît qu’une quinzaine d’édifices, d’un ensemble qui en compte plus de 80, tous alignés selon un axe nord-sud de 40 km de long. Ces volcans, âgés de 10000 ans en moyenne, sont représentés par trois types : les Maars, les Dômes et les Cônes.
En arrière plan, le massif des Monts Dore
Composé de deux ensembles, le Volcan du Mont Dore et le Volcan du Sancy, ce massif complexe résulte de la superposition de différents types éruptifs et de produits émis.

Le lac de la Cassière (environ 7 m de profondeur)

Jour 3
Rouillas-Bas, lac d’Aydat, menhir de Fohet, dolmen de la Grotta, Cournols, Olloix, Saint-Nectaire (732 h, 890 m), lac Chambon, Murol (556 h, 830 m)
Distance : 30 km, dénivelé + : 770 m
Jolie étape ensoleillée, avec quelques hésitations sur l’itinéraire au lieu-dit Le Mas et à Olloix (balisages contradictoires). La petite ville de Saint-Nectaire est très surprenante avec sa ville haute et sa ville basse. Dommage pour la visite du château de Murol, ce sera pour une autre fois. En arrivant, j’évite la boucle au-dessus de Murol, car présentant peu d’intérêts. Le soir, et de manière exceptionnelle, Mme Delpeux me sert un dîner simple mais apprécié (je n’avais pas envie de ressortir).
Le lac d’Aydat (65 ha, 15 m de profondeur)
Le menhir de Fohet (5 m de haut)
Le dolmen de la Grotta

Situé sur un plateau granitique à 800 m d’altitude, au lieu-dit "La Grotta", ce dolmen est tout ce qui reste actuellement de l’allée couverte de Cournols. Cet antique monument est un double dolmen, on peut considérer qu’il date de la fin de la préhistoire (période néolithique). Sa longueur initiale était de 10 m et sa largeur de 3 m au centre. Il était constitué de 2 ou 3 tables et de 13 supports. En 1841, des fouilles furent organisées, et on y retira des haches en pierre, des coquilles d’huîtres et des pierres de fronde.

Cournols
Le Pont de Riberolles
Saint-Nectaire avec en arrière-plan le château de Murol et le massif du Sancy
L'église romane du XIIe siècle de Saint-Nectaire
Le château de Murol

Il aura fallu cinq siècles pour édifier ce château. Les premiers bâtiments de la demeure des seigneurs de Murol sont antérieurs au XIVe siècle, certains sont même datés du XIIe.

Le lac Chambon (60 ha, 877 m)

Jour 4
Murol, Besse-et-Saint-Anastaise (1561 h, 1050 m), lac Pavin, lac de Montcineyre, Compains (156 h, 840 m), Brion (1200 m, lieu de foires aux bestiaux ancestrales)
Distance : 33 km, dénivelé + : 1090 m
Repas de midi à Besse (anciennement Besse-en-Chandesse) et visite incontournable de la cité médiévale. Quelques gouttes de pluie en arrivant. Le soir, et après une des plus longues étapes, je fais la connaissance de Maya et de son ami chez Corinne et Manu Lapier, propriétaires d’un très beau gîte, qui nous reçoivent chaleureusement. Après un dîner copieux, nous dégustons une des tisanes de Laure.
Besse-et-Saint-Anastaise
L'église Saint-André de style roman et gothique
La tour du beffroi
Une des deux places
Le lac Pavin (93 m de profondeur)
Le lac de Montcineyre (44 ha, 20 m de profondeur)
Compains
L'église Saint-Georges de Compains

Jour 5
Brion, lac de Saint-Alyre, La Godivelle (1205 m), lac d’En-Bas, lac d’En-Haut, Espinchal (105 h, 1050 m), Egliseneuve d’Entraigues (505 h, 960 m, berceau du fromage Saint-Nectaire)
Distance : 21 km, dénivelé + : 410 m
Suite au conseil de Manu, je fais un petit crochet par Jassy, pour profiter des plateaux du Cézallier et du lac de Saint-Alyre. Je me fais pincer les fesses par des chiens juste avant Espinchal. Du coup, j’ai dû me servir des pointes de bâtons. Les chemins sont boueux et l’état des chaussures déplorable. Comme la veille, une averse à l’arrivée. Maya et son ami font une brève apparition au gîte d’étape "Les Rivaux", préférant le confort d’un hôtel. Très bonne table au café-restaurant Force, chez Chantal et Christian qui gèrent le gîte d’étape. Vous n’imaginez même pas la taille du sandwich du lendemain !
Le gîte d'étape à Brion
Les plateaux du Cézallier
Le lac de Saint-Alyre
Le lac d’En-Bas
L'église Saint-Blaise du XIe siècle de La Godivelle

La fontaine, réalisée en pierre de Volvic est alimentée par l’eau du lac d’En-Haut et fait 8 m de diamètre. C’est l’une des plus importantes du département. Elle a été construite pour que "25 vaches ou bœufs" puissent s’y abreuver en même temps.

Le lac d’En-Haut (15 ha, 44 m de profondeur, 1239 m)

Jour 6
Egliseneuve d’Entraigues, lac du Taurons, lac de la Crégut, lac du Tact, Saint-Genès-Champespe
Distance : 22 km, dénivelé + : 370 m
Portion scabreuse dans les champs avec un balisage aléatoire des Chirouzes à Gabeuf. D’ailleurs, le tracé IGN est mentionné en pointillés et de l’autre côté de la rivière ! A l’arrivée, quelques gouttes de pluie comme les jours précédents. Le gîte d’étape est en fait une petite salle communale avec commodités, cuisine, estrade… et couchage en haut. Je retrouve Maya et son ami au "Restaurant du Midi" situé en face, qui fait également hôtel (et épicerie). La propriétaire, Mme Minet, est très gentille mais la télévision dans la salle à manger, ça m’a vraiment insupporté !
L'église Saint-Austremoine d'Egliseneuve d’Entraigues
Les Monts du Cantal
Le lac du Taurons
Un coin pique-nique
Le lac de la Crégut (36 ha, 870 m)
Le lac du Tact
Saint-Genès-Champespe

Jour 7
Saint-Genès-Champespe, lac de la Landie, lac Chauvet, cascade de la Barthe, Picherande (391 h, 1100 m, 1er village européen de la gentiane)
Distance : 21 km, dénivelé + : 360 m
Que de macadam ! Pourquoi par exemple ne pas avoir fait le tour du lac Chauvet au lieu d’emprunter près de 2 km de nationale ? Arrivée de bonne heure à Picherande, petite station de sports d’hiver, avec vue imprenable sur les Monts du Cantal, ce qui me permet de me préparer pour l’ultime étape qui sera la plus dure… Accueil moyen malgré une bonne table au "Central Hôtel" chez M. et Mme Goigoux. Comme dirait le petitfuté.com, la seule chose que l'on déplore, c'est le service qui devrait être plus souriant... 
Le lac de la Landie
Picherande
Le lac Chauvet (53 ha, 73 m de profondeur, 1165 m)
La cascade de la Barthe

Jour 8
Picherande, Chareire, Puy de Sancy (1885 m), La Bourboule
Distance : 27 km, dénivelé + : 940 m
Belle ascension, avec du soleil par intermittence. En bonus, une marmotte vient me dire bonjour et va se cacher dans un pierrier. Et puis, tout s’est gâté à l’approche des remontées mécaniques. Dans l’ordre : brouillard, vent, grésil, neige (névés mais également chutes de neige), et pluie pour finir. Autant dire que j’ai supporté la cagoule et les gants ! Et donc peu de photos ! La descente s'est faite à un rythme accéléré pour être à l'heure au rendez-vous fixé avec Marie, sur la route principale reliant la Bourboule au Mont-Dore.
L'église romane Saint-Quintien du XIVe siècle de Picherande
De près, c'est mieux !
Les Monts du Cantal
Ça se complique !
Ça se complique (bis) !
Tiens, un ski !
Me voilà sur la piste !
J'y étais, la preuve !
Si le névé descend, je descends avec (voir ci-dessous) !
Le retour à la civilisation

Le matériel
Pour les randonneurs avertis et les autres qui veulent apprendre, voici le contenu complet du matériel embarqué dans un sac à dos 45 litres :
 Cuillère, couteau, allumettes, sac poubelle
 Pâtes d'amande, fruits secs, compotes de pomme
 Bouteille plastique 1 l, bidon 0,6 l + porte-bidon
 Sac à viande (pour les gîtes d’étape)
 Tee-shirts, sous-vêtements hauts, veste polaire, veste Gore-Tex, coupe-vent
 Chaussettes, slips, shorts, sous-vêtement bas, pantalon été, surpantalon Gore-Tex
 Chaussures Gore-Tex, sandales, mini-guêtres (utiles pour les sagnes et les tourbières)
 Gants, cagoule, bandeaux hiver + été
 Pharmacie, serviette microfibre + gant de toilette, savon de Marseille, brosse à dents, papier WC
 Lampe frontale, topoguide perso, boussole, couverture de survie, sifflet, montre multifonctions, téléphone portable, lunettes de soleil + cordon + étui, appareil photo + batteries + étui, papiers d'identité + argent, cordelette 6 m, épingles à nourrice, bâtons de randonnée, GPS + piles de rechange, sacs Ziploc, housse de sac

Ce qui n’a jamais servi : shorts, sous-vêtement bas, surpantalon Gore-Tex et montre multifonctions.
A la fin du trek, le sac à dos pesait 6 kg (sans le topoguide, sans les piles usagées, sans eau, sans aliments et sans les vêtements sur le dos).
Le bonhomme, quant à lui, a perdu 4 kg, même en comptant la barbe de 8 jours.

Conclusion
En plus du renouvellement récent du topo-guide officiel de la FFRP, le balisage du GR 30 mérite une réfection quasi complète. J’ai dû sortir le GPS à plusieurs reprises dans des champs, voire des villages, le GPS étant indispensable au Puy de Sancy dans la neige et le brouillard. Je qualifie volontiers ce GR 30 de magnifique, principalement pour la variété de ses différents paysages. Toutes les personnes que j'ai rencontrées au cours de ce trek, d'Auvergne et d'ailleurs, me laisseront un souvenir inoubliable, et je les en remercie.

Et maintenant, toutes les photos en diaporama
... chargement d'un diaporama en cours ...

A vous maintenant de laisser votre commentaire...



22 commentaires:

  1. Que n’ai-je quelques dizaines d’années de moins!!!je t’aurais volontiers accompagné.
    Un régal, ces photos
    bises

    RépondreSupprimer
  2. Hello bonjour,
    Je comprends mieux les courbatures et la fatigue que tu as pu ressentir... C'est promis, je ne te demanderai plus de bois flotté ou de galets...Bravo pour ce magnifique reportage d'une non moins magnifique région. Des biz ++

    RépondreSupprimer
  3. Hello Bruno,
    Vraiment grandiose cette virée en Auvergne.
    Je vois que tu ne t'arrêtes jamais.
    Félicitation et à bientot!
    David

    RépondreSupprimer
  4. Yo Bruno,
    Magnifique compte rendu, complet et bien illustré.
    Sur ta lancée, le GR 441 te tend les jambes.
    A bientôt.
    Cordiales salutations.
    Pat & JiPé
    AU GITE DU RELAIS
    63210 ORCIVAL
    Tél. 04 73 65 87 85
    Port. 06 22 50 21 86

    RépondreSupprimer
  5. M. et Mme Golliard14 mai 2013 à 17:44

    Bonjour,
    je suis impressionnée par toutes les infos qui se trouvent dans votre blog et qui sont du vécu.
    je pense que tous ces renseignements peuvent être très utiles aux apprentis randonneurs qui veulent se lancer sur les chemins.

    RépondreSupprimer
  6. Le gîte Lapier14 mai 2013 à 19:22

    Super, merci beaucoup et à bientôt.
    Corinne et Manu

    RépondreSupprimer
  7. Bravo, superbe ! Tu peux peut-être t'accorder les durées habituelles des randos ?... Ménages-toi un peu !! et merci de faire si bien partager le meilleur de tes courses. biz, mh

    RépondreSupprimer
  8. Sylvie et Christian16 mai 2013 à 07:14

    Bravo pour tes photos, tes commentaires ... et ton périple !
    De notre côté, nous nous sommes arrêtés à SUPER BESSE, la neige au Sancy nous a dissuadé de continuer (en fait, ce sont les types de la station qui nous ont fait peur !).
    Nous en avons profité pour aller au Puy de la vache (merci pour ta carte !!) et au Puy de Dôme ;
    Je te rejoins sur le balisage du GR30 : sans carte précise ni GPS, c'est un peu laborieux.
    Nous avons quand même bien apprécié la diversité des paysages, la nature préservée, le silence ... les oiseaux, les couzes, .... le fromage et la charcuterie (lol !!).
    Bonne continuation à toi et qui sait ??? peut être à un détour de chemin ..
    Sylvie et Christian

    RépondreSupprimer
  9. Je vois que le randonneur fou a aussi la forme. A tout bientôt cousin.

    RépondreSupprimer
  10. Laurence et Jean-Marc DESCHATEAUX16 mai 2013 à 17:43

    Bonjour,
    Votre randonnée dans notre région a été très intéressante à lire et nous donne envie d'aller sur vos pas découvrir des lieux qui nous sont encore inconnus.
    Nous vous remercions très sincèrement de nous avoir cité dans votre article et vous souhaitons une bonne continuation dans vos aventures pedestres.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, tout d'abord merci, super compte-rendu, super intéressant. Je souhaite avec un ami faire une partie du GR30 en mars, pensez-vous qu'emporter une paires de raquette (fait maison) est utile pour le Puy de Sancy notamment ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      En mars, les raquettes me semblent indispensables. Si c'est comme l'hiver dernier... Pour confirmation : Bureau de tourisme du Mont-Dore 04 73 65 20 21. Merci pour les compliments.

      Supprimer
  12. Bonjour à tous ceux qui voient ce joli site; 65 ans habitué aux grands chemins, je réduis un peu en m'orientant vers les G R de pays, dans quelques jour je pars sur les G R des lacs et volcans d'Auvergne, pour cela j'ai un fourgon aménagé; j'aimerais savoir si quelqu'un m'autoriserait à le stationné une 15 aine de jour dans un lieu sur près de chez lui et sur le parcours soit du GR 4ou 444 ou 30. Merci et à bientôt. bessard.robert@orange.fr

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour,
    Je suis en train de songer à un deuxième GR après celui de Corse fait en juillet 2009 (GR20) et j'hésite entre le GR70 (Stevenson) et le GR30. Pour m'aider à choisir, j'aimerais vous poser une question concernant l'organisation de ces deux GR : est-ce que pour dormir on a le choix comme pour le GR20, entre le refuge et sa tente ? J'avais bivouaqué là-bas et ça m'avait beaucoup plu ainsi. Du coup, si le bivouac est impossible, il me semble peu utile de prévoir sa propre nourriture puisqu'on atterrit chaque soir dans une sorte d'hôtel qui propose le couvert en plus du gite (quelle différence d'ailleurs entre les gites d'étape et les hôtels ?).

    Si au passage vous aviez un conseil à me donner pour m'aider à choisir entre les deux... :) Faire une boucle m'ennuie un peu et j'aime la difficulté (dénivelés), les beaux paysages et les belles rencontres.

    P.S : J'ai cru comprendre que vous étiez convalescent, aussi je vous souhaite un prompt rétablissement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Clément,
      Aucun problème pour la tente. Vous connaissez les hôtels? Eh bien tout est différent dans les gîtes : l'accueil, le dortoir, les clients, les rencontres, le petit déjeuner, le prix...

      Supprimer
  14. Bonjour,Magnifique reportage,bravo !

    Ce parcours est-il réalisable en vtt ?

    Merci

    Eric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Eric,
      De mémoire, oui, pas de gros soucis. A vérifier sur les cartes IGN.

      Supprimer
  15. Superbes photos et commentaires, à quelle période as tu fait ce GR ? Partir du 15 mai à début juin est ok ? Est-il faisable avec un chariot de randonnée ? Quel budget par jour en hébergement et nourriture ?

    RépondreSupprimer
  16. Super ton reportage,
    J'aimerai savoir si on traverse beaucoup de pâturages avec troupeaux ?.
    Je randonné avec mon chien, nous venons de faire le GR400 c'était top car pas encore les estives. Je préfère ne pas trop déranger les animaux.
    bon courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mémoire, pas ou peu de troupeaux. Bonne saison à toi.

      Supprimer
  17. Un grand merci pour cet article aidant à une préparation pour ce GR.
    Combien d'heures par jour environ avez-vous marché ? j'ai du mal à estimer avec le dénivelé. Et quels vêtements conseillez-vous pour le mois d'août ? Merci pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  18. Superbe enfin un moment de pur bonheur dans cette rando merci à toi .

    RépondreSupprimer

blogger