.

Le Chemin de Stevenson (GR 70)

Robert-Louis Stevenson est un jeune homme de 28 ans lorsqu'il entreprend ce périple en Cévennes. Le 22 septembre 1878, l'écrivain écossais quitte en effet Le Monastier-sur-Gazeille, près du Puy-en-Velay, pour entreprendre la traversée des Cévennes à pied en compagnie d'une ânesse, Modestine.
Son objectif était double : oublier le retour en Amérique de la belle américaine Fanny Osbourne (qu'il épousera finalement quelques années plus tard), et aller à la rencontre du pays des camisards…
12 jours, 220 km et beaucoup d'aventures plus tard, il arrive à Saint-Jean-du-Gard, près d'Alès, au terme d'un voyage ô combien pittoresque.
Chaque soir, il prend soin de tenir son journal qui sera publié à Londres, en 1879, sous le titre Voyages avec un Âne dans les Cévennes et qui précèdera de quelques années ses œuvres les plus connues : L'Île au Trésor (1883) et Le Cas Etrange du Dr Jekill et de Mr Hyde (1886).
Cet ouvrage a permis de retracer son itinéraire, devenu le Chemin de Stevenson (GR 70) qui offre aux randonneurs, accompagnés ou non de leur Modestine, la possibilité de suivre les traces de cet aventurier écossais amoureux de la France…
Trait d'union entre Haute-Loire, Lozère, Ardèche et Gard, entre Auvergne et Languedoc-Roussillon, cet itinéraire constitue une formidable invitation au voyage, un voyage à la découverte du Velay et de ses terres volcaniques, du mystérieux Gévaudan et de ses légendes, des chaos granitiques du Mont-Lozère et des profondes Cévennes lourdes d'histoire.

Pour faciliter l'accès à l'itinéraire historique, deux liaisons existent, l'une entre Le Puy-en-Velay et Le Monastier-sur-Gazeille, l'autre entre Saint-Jean-du-Gard et Alès. L'intérêt s'en trouve accru à plusieurs titres : Le Puy et Alès sont deux villes extrêmement riches sur le plan historique et architectural. Au départ, le chemin emprunte un autre sentier historique, celui de Saint-Jean-François Régis. La dernière étape jusqu'à Alès, initialement prévue par Stevenson, fut effectuée en diligence en raison de l'état de son ânesse.

Pour ma part, j'ai parcouru un peu plus de 260 km en 9 jours, soit presque 30 km par jour. Le dénivelé positif était de 7000 m, le dénivelé négatif de 7500 m.

La météo a été clémente puisque le soleil était au rendez-vous, malgré quelques rares nuages menaçants mais sans jamais de pluie.

Mon compagnon de route, Fabien, un jeune et sympathique quinquagénaire de la région parisienne, m'a accompagné jusqu'au 2/3 du parcours. Il m'a quitté, avec regrets, à Florac, après avoir bien éclairé les chemins avec plusieurs ampoules aux pieds.

La carte

La vidéo officielle est .

Le matériel
Sac à dos sans eau ni nourriture 6 kg tout rond. Sac au départ avec eau (1,6 l) et nourriture (pâtes de fruit, d'amande...) 10 kg tout rond, donc 12% du poids de la bête.
Perte de poids du bonhomme après le trek : 3 kg


Les hébergements
 Ferme Auberge du Pipet, 43150 GOUDET, 04 71 57 18 05, 06 10 84 52 27, massebeuf.rocher@wanadoo.fr, lesgitesdupipet.pagesperso-orange.fr
Accueil chaleureux, repas composé entièrement de produits de la ferme. Très bonne adresse.
 Maison du Coq ou l'Estaou di Djaï, gîte d'étape et table d'hôtes, 43340 LANDOS, 04 71 01 45 33, 06 31 42 62 75, gerardtournier@hotmail.com
Non mentionné dans le topoguide.
Accueil chaleureux, soirée inoubliable chez un ancien restaurateur, bien mangé et bien bu pour pas cher, panier piquenique copieux. Merci à Gérard et à sa femme. Très bonne adresse.
 Halte de Fouzilhac, chambres et table d'hôtes, FOUZILHAC, 48170 CHAUDEYRAC, 04 66 69 22 62, 06 32 26 22 85, romieu48@gmail.com, www.haltedefouzilhac.fr
Non mentionné dans le topoguide.
Accueil chaleureux, serviette et gant de toilette fournis, repas délicieux, panier piquenique copieux. Très bonne adresse.
 Gîte d'étape Le Mirandol et Hôtel des Sources (pour le dîner), 48250 CHASSERADES, 04 66 46 01 14, info@hotel-lozere.fr, www.hotel-lozere.fr
Accueil mitigé (impression de déranger). Gîte à Mirandol et dîner à Chasseradès (transport assuré). Dîner copieux tout comme le panier piquenique. Un peu plus cher que la moyenne.
 Gîte du Chastel, quartier de la Moline, 48220 Le Pont-de-Montvert, 04 66 45 84 93, 06 80 21 14 10, gitesduchastel@cevennes-gites.com, www.cevennes-gites.com
Hébergement en gîte où tout est déjà servi lors de notre arrivée. Electroménager complet pour réchauffer. La formule nous a surpris mais rien ne manquait. Même le vin était là. Et tout était bon. Très bonne adresse.
 Gîte d'étape de l'Eglise, 10 rue du Tour de l'Eglise, 48400 Florac, 04 66 31 59 09, 06 82 56 56 50, contact@gites-florac.fr, www.gites-florac.fr
Non mentionné dans le topoguide
Accueil chaleureux au gîte (près de l'église) et au restaurant (mari et femme). Dîner copieux tout comme le panier piquenique. Draps et taie d'oreiller jetables. Très bonne adresse.
 Le Recantou, café - restaurant - chambres, 48370 SAINT-GERMAIN-DE-CALBERTE, 04 66 45 90 34, 06 68 40 90 34, contact@le-recantou.fr, www.gite-restaurant-cevennes.com
Accueil chaleureux, 2 draps et taie d'oreiller jetable. Très bonne adresse.
 Auberge du Peras, route de Nîmes, 30270 SAINT-JEAN-DU-GARD
A oublier, beaucoup trop cher pour un simple randonneur, surtout pour des prestations quelconques.

Le périple
Distance : 29,5 km           D+ : 862 m          D- : 732 m 
Temps topoguide : 7 h                  Temps réel : 8 h
Départ du Puy-en-Velay à 9 h après une courte visite de la vieille ville, et sous un soleil radieux. L'été est enfin là ! Passage à Coubon avec son église et son pont sur la Loire, Le Monastier-sur-Gazeille avec son abbaye bénédictine, son château et son église préromane de Saint-Jean-Baptiste, Saint-Martin-de-Fugères avec son église, Goudet avec son église, le château de Beaufort et la tour du Pipet. Repas de midi à Monastier-sur-Gazeille, village qui a dû connaître son heure de gloire, mais qui semble laissé à l'abandon (vitrines vides, bâtiments à vendre, personne dans les rues…).

Jour 2 : Goudet, Ussel, Le Bouchet-Saint-Nicolas, Landos
Distance : 19 km              D+ : 523 m          D- : 194 m 
Temps topoguide : 4 h 3/4 (sans l'escapade au lac)
Le Bouchet-Saint-Nicolas avec son joli lac et la statue en bois sculpté de Robert Louis Stevenson et son âne Modestine, Landos avec son église romane Saint Félix du XIIe siècle, le petit pont restauré de la Castier et le four banal. Repas de midi devant l'église du Bouchet-Saint-Nicolas (point d'eau).

Jour 3 : Landos, Pradelles, Langogne, Fouzilhac
Distance : 33,5 km           D+ : 729 m          D- : 608 m 
Temps topoguide : 8 h 1/4          Temps réel : 8 h
Pradelles avec la chapelle Notre-Dame, la chapelle des pénitents, la porte de la Verdette, la tour de Rochely, la porte du Besset et la Place de la Halle, Langogne avec la Halle, la rue Haute et l'église romane Saint-Gervais-Saint-Protais, Saint-Flour-de-Mercoire avec sa petite église. Temps couvert malgré de belles éclaircies, mais surtout frais et venteux. Début des ampoules de Fabien. Repas de midi à Langogne devant l'église romane (point d'eau). Repas du soir avec des cultivateurs bretons, des dames du Jura et un couple de parisiens (que je dois retrouver normalement en septembre au départ du TMB). La nuit, une locomotive bretonne modèle 1954 s'est mise en route. Je n'avais jamais connu un tel volume sonore ! Les ronflements de Fabien, à côté, c'était de la rigolade ! Ses boules Quies ont servies !

Jour 4 : Fouzilhac, Cheylard-l’Evêque, Luc, La Bastide-Puylaurent, Chasseradès, Mirandol
Distance : 35 km              D+ : 757 m          D- : 870 m 
Temps topoguide : 8 h 1/4          Temps réel : 9 h
Départ avec le vent du nord qui a l'avantage d'écarter la pluie, mais en étant frais (3°C). Cheylard-l'Évêque avec son église, Luc avec son château et l'église Saint-Pierre, La Bastide-Puylaurent avec son église Saint-Laurent, Chasseradès avec son église Saint-Blaise, Mirandol avec son viaduc. Repas de midi à La Bastide-Puylaurent derrière l'église. Nous entendons les premiers grillons. Les ampoules de Fabien clignotent toujours.

Jour 5 : Mirandol, Les Alpiers, Le Bleymard, Station du Mont-Lozère, Sommet de Finiels, Finiels, Le Pont-de-Montvert
Distance : 35,5 km           D+ : 1112 m        D- : 1340 m 
Temps topoguide : 11 h 3/4        Temps réel : 10 h (erreur du topoguide)
Au vu des 12 h qui nous attendent, nous décidons de partir à 7 h du matin au lieu de 8 h habituellement. Toujours le beau temps avec le vent du nord qui chassent les nuages. Très belle étape avec l'ascension du Sommet de Finiels (1699 m, point culminant du Mont Lozère) et ses montjoies et la descente sur Le Pont-de-Montvert avec son pont sur le Tarn. Fabien commence à serrer les dents. Pas de réseau téléphonique au Pont-de-Montvert.

Jour 6 : Le Pont-de-Montvert, Bédouès, Florac
Distance : 28,5 km           D+ : 843 m          D- : 1156 m 
Temps topoguide : 8 h                  Temps réel : 8 h
Arrêt à la boulangerie et boucherie du Pont-de-Montvert pour le repas de midi. Très belle étape aérienne et très longue descente vers Bédouès et sa Collégiale dominant la vallée, et Florac avec son château et l'église Saint Martin. Fabien m'apprends qu'il arrête là l'aventure. Comme je l'attendais de plus en plus, je m'en doutais un peu. Forcément, le soir on s'laisse un peu aller : verveine, etc… Connaissance de Chantal, la randonneuse de l'Aveyron.

Distance : 32 km              D+ : 722 m          D- : 789 m 
Temps topoguide : 8 h 1/4          Temps réel : 7 h 1/2
Première partie en suivant assez longuement une ancienne voie ferrée en longeant la Mimente et ses gorges, Saint-Julien-d'Arpaon et son château, seconde partie principalement en forêt. Saint-Germain-de-Calberte avec le château Saint-Pierre, l'église Saint-Germain et la statue du Cévenol. Repas de midi dans la forêt après la gare de Cassagnas.

Jour 8 : Saint-Germain-de-Calberte, Saint-Etienne-Vallée-Française, Saint-Jean-du-Gard
Distance : 23 km              D+ : 565 m          D- : 863 m 
Temps topoguide : 7 h                  Temps réel : 5 h
Saint-Étienne-Vallée-Française avec l'église, le temple, le château de Cambiaire, la tour de guet du Castélas… Saint-Jean-du-Gard avec le pont Vieux, la Tour de l'horloge, la statue de la place Carnot, l'église, l'hôtel de ville… Chantal passe en courant pour attraper un bus alors que je suis à une terrasse devant une bière.

Jour 9 : Saint-Jean-du-Gard, Les Aigladines, Alès
Distance : 25 km              D+ : 885 m          D- : 937 m 
Temps topoguide : 10 h               Temps réel : 6 h (encore une erreur du topoguide)
Petit-déjeuner à 5 h 1/2  pour un départ à 6 h et une étape aérienne et technique de plus de 25 km jusqu'à la gare d'Alès.

Conclusion
Le Chemin de Stevenson restera un trek inoubliable, et cela dans tous les domaines : l'exploit sportif avec 30 km par jour et 7000 m de dénivelé, accueil irréprochable des gîtes, restauration au top, paysages grandioses, rencontres toujours agréables et fructueuses, sac à dos et matériel sans défaut. Même la météo nous a gâtés : que du beau temps, du début à la fin, excepté quelques nuages un peu menaçants. Une seule ombre au tableau : les ampoules de Fabien qui l'ont empêché de profiter pleinement de cette randonnée.

Une dernière information
Les Causses et les Cévennes sont deux territoires du Massif Central méridional. Ceux-ci sont regroupés sous la même inscription "Les Causses et les Cévennes, paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen" au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2011.

Les remerciements
Le site de l'association Sur le chemin de Robert Louis Stevenson qui m'a permis de préparer mon aventure, l'ami Fabien avec qui j'ai parcouru quelques kilomètres et passé d'agréables moments, et Marie qui continue à me laisser partir afin de vivre des moments inoubliables sans elle…

Et maintenant, toutes les photos en diaporama
... chargement d'un diaporama en cours ...

A vous maintenant de laisser votre commentaire...

23 commentaires:

  1. Hello coucou,
    Bon courage pour ces "quelques" kilomètres ! Je suis sure que tout va bien se passer et le fait de te savoir en compagnie me rassure aussi.
    Bonne route et rapporte nous de beaux souvenirs.
    Biz

    RépondreSupprimer
  2. Bon, c'est encore moi, mais cette fois ci c'est pour l'après trek...
    Déjà la performance physique : bravo, car au vu des distances parcourues et des dénivelés, il y a des moments où ça devait être dur !
    Et les photos..., toujours aussi belles et retraçant fidèlement votre périple.
    Il y a aussi tout le côté "j'apprends l'histoire", car tes messages sont toujours bien documentés.
    Merci à toi, remets toi un peu avant le prochain départ !
    Biz

    RépondreSupprimer
  3. LE RECANTOU à ST GERMAIN DE CALBERTE4 juillet 2013 à 19:31

    Bonjour
    Merci d'avoir pensé à nous et de nous avoir fait découvrir votre travail...
    il est très complet et en plus pour ma part vous confirmez que le temps cité par le topo pour la dernière étape est erroné. Et confirme mon annonce de 5h30 de marche.
    Bien cordialement
    Xavier

    RépondreSupprimer
  4. Salut Bruno,

    Grâce aux SMS du soir et les photos des dernières étapes, j'ai pu parcourir virtuellement ces dernières étapes où ta manquée la lumière de mes ampoules ;-)
    J'espère que je pourrai partager une autre rando dans de meilleures conditions physiques ;-)

    Fabien.

    RépondreSupprimer
  5. Marie-Hélène H.4 juillet 2013 à 22:38

    coucou,
    je prends connaissance de ta dernière rando :
    dans ta liste d'équipement, mets donc un "s" à slip, car tu vas te faire chambrer...
    bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca s'appelle un commentaire de fille :)

      Supprimer
    2. comme tu insistes, garde au poids de ton sac, car tu as noté "épingleS"... et toc !

      Supprimer
    3. Et pour faire sécher LE slip sur le sac à dos, il faut bien 2 épingles, non ? Retoc :-)

      Supprimer
  6. Bonjour,
    Bravo à toi Bruno pour cette itinérance romanesque et sauvage sur les traces de Stevenson. Belles images et compte-rendu complet, un vrai reportage! Je confirme, tu n'es pas fou mais si on ne gardes pas de la jeunesse dans sa tête et la douce folie qui va si bien avec, on n'a plus qu'à cirer les comptoirs avec l'huile de coude et s'affaler sur la banquette...
    Je suis aussi de cette belle année 1960, c'est le meilleur cru, un millésime !
    Si autres projets, ce dont je ne doute pas, je n'ai pas encore lu tout ton blog, je suis partant pour partager avec toi des sentiers, chemins, car passionné aussi de randonnées montagnes et photographie.
    à +
    Donnel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Donnel,
      Merci à toi pour ces quelques lignes sympatiques. Je confirme, 1960 quel millésime :) Je crois que tu as aussi en projet le Kilimandjaro. Mais d'ici là, pas de souci pour partager les kilomètres...

      Supprimer
  7. Un superbe compte rendu et de chouettes photos. Agréable à regarder, cela me remémore le mois de mai merci pour ce partage. Et désolé que Fabien n'est pas pu finir. Vous avez fait de sacrées étapes dis donc, bravo à tous les deux :)

    RépondreSupprimer
  8. Salut,
    Je ne vais pas répéter ce qui est déja dit... mais bah!! les paysages sont très beaux, et les étapes réalisées pas mal non plus!
    Je reconnais certains villages, car j'ai fait une fois la Voie Régordane, qui part aussi du Puy jusqu'à St Gilles, et croise certains villages du Stevenson...

    et puis n'ayons pas peur.... comme disait je ne sais plus qui?
    "Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus."

    Jean-Claude (sur rando trekking)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Jean-Claude,
      J'en profite pour faire la promo du site http://www.rando-trekking.com/ sans lequel je n'aurais pas rencontré Fabien et d'autres randonneurs sympathiques. Pour la citation, c'est de Paulo Coelho (extrait du manuel du guerrier de la lumière) :)

      Supprimer
    2. Salut Jean-Claude,

      A propos des étapes, parfois les pieds sont un peu capricieux...
      Et comme disait Raymond DEVOS : "Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l'un avance, l'autre veut le dépasser. Et moi, pauvre imbécile, je marche." Mais heureux de marcher dans ces beaux décors tout droit sortis des "contes et légendes du Gévaudan".

      Fabien.

      Supprimer
  9. Association Sur le chemin de R.L. Stevenson5 juillet 2013 à 15:02

    Bonjour,
    Nous vous remercions de nous faire partager votre aventure sur le chemin de Stevenson.
    Nous sommes ravis de savoir que vous garderez de bons souvenirs de votre randonnée ! Il semble que le soleil était avec vous !
    Bonne continuation,
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
  10. Salut Bruno, j'ai toujours les bâtons, l'envie, des jambes qui m'emmènent loin mais j'ai jamais eu *les orteils* alors je me promène ... restent tes belles images, les commentaires très riches, 51,8 grammes de slip et des épingles !
    Soyons fous ... Je t'embrasse ainsi que ta belle et Marie-Hélène
    * une pensée pour Fabien
    * Conseils en podologie bienvenus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Colette,
      Décidément, le slip et les épingles font jaser hi hi hi
      Bises à vous

      Supprimer
  11. Sympa le retour, merci à toi Bruno ! :)
    En plus ça m'a permis de découvrir ton site qui est très chouette et très fourni en balades diverses, je n'ai pas encore tout lu mais je m'y attèle.
    Tiens il manque le smiley qui tend le pouce pour dire super alors je mets celui-ci en conclusion : B)
    Nico :)

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    j'etais dans le dortoir de Fouzilhac, lorsque "la locomotive bretonne" s'est mise en route...j'ai tenté de soigner les ampoules de Fabien...mais en vain!!
    Jean-Luc et moi avons terminé le chemin en 12 j comme prévu et en pleine forme!!
    une forte envie de repartir sur les chemins et notamment le tour du mont-blanc en septembre.
    felicitations pour la performance
    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne,
      Content d'avoir de vos nouvelles. Je garde vos coordonnées pour se revoir au Mont-Blanc. Le bonjour à Jean-Luc et bonne continuation.

      Supprimer
  13. Bonjour Bruno
    Merci pour cette nouvelle série de magnifiques photos et mes compliments pour ton endurance, 30km / jour ,avec des dénivelés c'est pire qu'une marche militaire. Il me vient une question sur l'inventaire du sac : le couteau a-t-il un tire bouchon ? Il me semblerait possible de gagner 128,2 gr vu que l'on trouve dans la nature de l'herbe et des feuilles pour remplacer le papier a Q ! A étudier pour le tour du mont blanc..
    Bises a toi et a Mario

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Michel,
      Merci pour votre commentaire et vos compliments.
      Vos remarques sont bien fondées. Pas besoin de tire-bouchon, puisque je ne transporte pas de (bonnes) bouteilles, je ne bois qu'à l'étape. Pour le PQ, je prends soin de ma peau de bébé !

      Supprimer
  14. Superbe voyage par tes photos et ton écriture, tu nous y emmènes avec toi! Bon, soit tu ralenti, soit tu te fais rembourser ton topo-guide ! c'est vrai quoi tu te fais l'exploit à toi-même, ta forme est top mais prends en soin ! grosses bises

    RépondreSupprimer

blogger