.

Condrieu et ses vignobles

Le Condrieu, l'un des plus exceptionnels vins blancs de France, au cépage unique, le viognier, est d'origine ancienne. Vin de couleur jaune pâle aux reflets dorés, gras, souples, mais avec de la fraîcheur, très parfumés à l'arôme floral où domine l'abricot et la violette.
Condrieu est connu pour son vin blanc mais aussi pour la Rigotte de Condrieu. La dégustation de ces petits fromages de chèvre à la croûte bleue fleurie avec un vin blanc de viognier est un des immanquables mariages de ce terroir.

Pour en revenir au vin, le Condrieu est une appellation d'origine contrôlée produit sur la rive droite du Rhône, près de Condrieu, au sud de la ville de Vienne. Il s'agit d'une appellation du vignoble de la vallée du Rhône septentrionale, entre les aires de production du Côte-Rôtie au nord et du Saint-Joseph au sud.
A Condrieu, les sentiers dans les coteaux s'appellent des coursières. Ils servaient d'accès aux vignes qui étaient entourées de murs munis de portes fermant à clef, ou bien étaient des routes ou des chemins muletiers et offrent de très beaux points de vue.
Donc, direction Condrieu et ses vignobles, pour une balade en passant par le ravin de l’Arbuel, le Château du Rozay, le fameux point de vue de la D28, Semons, l’île du Beurre et son Centre d’Observation de la Nature et… le Rhône. Vue également sur les Roches-de-Condrieu.

Dénivelé + : 450 m, dénivelé - : 450 m
Altitude maxi : 330 m, distance : 13 km

L'hôtel de ville de Condrieu
Les premiers vignobles
Dans le ravin de L’Arbuel, la réputation climatique du Pilat, ses milieux naturels contrastés, sa richesse floristique et faunistique sont particulièrement visibles : aulnes, frênes, hêtres, ainsi que le micocoulier de Provence ou le campagnol provençal…
Ce ravin est aussi riche d’une histoire exceptionnelle, liée à son implantation sur un axe de communication autrefois stratégique : l’axe Rhône-Gier, via le Pilat. Pendant des siècles, l’activité humaine sur ses versants ensoleillés, sur le lit du ruisseau, était prépondérante. On y croisait vignerons, meuniers et muletiers en route pour la vallée du Gier…
Les seuils de pierre construits pour alimenter les biefs et entretenus depuis fort longtemps par les pêcheurs, créent une alternance de petites chutes d’eau et de fosses.
L’oxygénation de l’eau qui en découle est un facteur de qualité. Certaines espèces présentes dans le ruisseau en témoignent. L’Arbuel, tout comme les ruisseaux voisins des vallons rhodaniens, abrite par exemple la truite fario, l'écrevisse à pieds blancs et la salamandre.
La qualité et le régime de l’Arbuel sont particulièrement dépendants des pluies qui s’écoulent le long des pentes raides du ravin. La vitesse d’écoulement des eaux le rend très sensible aux éventuelles pollutions venant du plateau. Et, pour peu qu’une forte pluie ou un orage ne surviennent, l’Arbuel d’apparence tranquille, se transforme en un véritable torrent.
Le massif du Pilat reste isolé jusqu’au XIXe siècle, en l’absence de grandes voies de communication. 
La route reliant Roanne au Rhône, via Saint-Etienne et le Pilat, souvent réclamée sous l’Ancien Régime, tarde à se réaliser face à l’opposition lyonnaise. Seuls des chemins permettent de franchir les cols, empruntés par des convois de mulets qui assurent ainsi la liaison vallée du Gier-Rhône.
Des convois de mulets et d’ânes empruntèrent ce vieux pont jusqu’au XIXe siècle. Ils transportaient le charbon des mines du Gier jusqu’aux bateaux du port de Condrieu, l’un des plus importants de la batellerie rhodanienne. Au retour, les convois rapportaient le vin produit sur les coteaux. Puis le canal passant vers Givors et la voie ferrée facilitèrent le transport de marchandises et cette voie fut peu à peu abandonnée.
Le château du Rozay côté nord
Celle-là, elle est vieille !
Le château du Rozay côté est
La vallée du Rhône depuis le belvédère
L'église de Semons
Située sur la commune de Tupin-et-Semons, l’île du Beurre offre un paysage "sauvage" du Rhône. Formée autrefois par les crues, elle constitue aujourd’hui une zone naturelle protégée. La gestion de ce site alluvial est confiée au Centre d’Observation de la Nature. Cette association, créée en 1988, assure des suivis scientifiques pour connaître et préserver ce milieu fragile (castor d’Europe, héron cendré…), ainsi que des actions de sensibilisation du public.
Le Rhône
Les Roches-de-Condrieu

2 commentaires:

  1. Hello bonjour,
    Alors là, on apprend beaucoup de choses ! Merci de ce reportage très détaillé et fourni ! Une belle balade, temps un peu gris semble-t-il... Et je sais enfin pourquoi, je n'aime pas marcher : ce n'est pas dans mon ADN !! Je compte donc sur toi pour continuer à me faire visiter notre belle France... Biz et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  2. Merci à vous. Très belles photos et très beaux commentaires. Une randonneuse de Condrieu. Martine

    RépondreSupprimer

blogger